Radio Agora Côte d’Azur Inaugure ses nouveaux studios à Menton

Posté le

Radio Agora Côte d’Azur
Inaugure ses nouveaux studios à Menton
Samedi 19 septembre à 11 heures

 

studiomenton

 

Depuis 33 ans, Radio Agora Côte d’Azur a conquis les auditeurs de la Côte d’Azur
Sa diffusion s’est élargie jusqu’à la frontière italienne par l’obtention de sa troisième fréquence, 88.9 Mhz. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, en effet, a choisi Agora Côte d’Azur pour qu’une radio associative soit au service de la Riviera française, Menton et le Pays mentonnais.

 

Agora Côte d’Azur Menton déménage pour prendre ses quartiers en plein cœur de la Cité du Citron, 15 rue Partouneaux. Son équipe vous ouvrira les portes samedi 19 septembre à 11 heures lors de l’inauguration officielle des nouveaux studios. Vous serez accueillis par Jean-Claude GUIBAL, Député maire de Menton, et de Gilbert ANDRUCCIOLI, Président d’Agora Côte d’Azur et de la Fédération des Radios Associatives du Sud Est.

 

A cette occasion, nous vous dévoilerons la nouvelle grille des programmes de Menton et vous donnerons la parole de 14 h à 17 h pour une émission spéciale “Le Micro est à vous”. Fathia MERFOUD et son assistante Margaux BIANCHERI vous accueilleront en direct durant 3 heures ainsi que les Associations culturelles et sportives, les Artistes et créateurs du pays mentonnais et des environs.

 

Radio associative, créée en 1982 avec la fin du monopôle de la radiodiffusion, est une des plus anciennes du paysage radiophonique des Alpes-Maritimes. Elle informe et sensibilise les auditeurs aux politiques publiques et privées locales visant ainsi à renforcer le dynamisme social et au développement local.

 

En liaison avec les collectivités territoriales, les services de l’Etat, le mouvement associatif, au service exclusif du public, Agora Côte d’Azur défend l’exception française au service de la diversité culturelle, de pluralisme et de la liberté d’expression.

 

Fidèle à ses choix éditoriaux humanistes, contre toute discrimination, Agora Côte d’Azur soutient les créateurs et artistes de toutes disciplines. Elle accorde une priorité aux jeunes talents et s’engage résolument aux côtés des promoteurs de la culture régionale.

 
 

Intervention de Jean-Claude Guibal
Député / Maire de Menton
 
Discours de Jean-Claude GUIBAL – Député / Maire de Menton
 
 

Intervention de Gilbert Andruccioli
Président d’Agora Côte d’Azur
 
Discours de Gilbert ANDRUCCIOLI – Président d’Agora Côte d’Azur

 

« Je me souviens du temps, étant enfant, où je vais voir derrière le monumental poste de radio comment le monsieur qui parle est parvenu à se cacher. A cette époque, sur les ondes moyennes et grandes, avec un son bien médiocre comparé à celui d’aujourd’hui, l’offre de programmes est bien réduite. Dans le contexte du monopole d’Etat de la radiodiffusion on peut écouter Paris Inter et les stations dites périphériques car implantées à l’étranger, Radio Luxembourg depuis 1933, Radio Andorre depuis 1939, Europe n°1 depuis 1955. Dans notre région on peut profiter de Zappy Max sur RMC, mais, capter « Pour ceux qui aiment le Jazz » sur Europe n°1 n’est pas toujours facile.
A partir de 1954, le service public met en place des émissions en modulation de fréquence et en 1958 introduit la stéréophonie. La FM, née avec le disque microsillon, donne une excellente qualité au son, mais ne permettant qu’une diffusion locale, le service public couvre le territoire d’émetteurs apportant un excellent confort d’écoute et enrichit l’offre de programmes.
Toutefois la contestation du monopole d’Etat, contenue pendant de nombreuses années, prend peu à peu de l’ampleur. L’opinion publique, dans sa diversité, soutient de plus en plus largement cette contestation portée non seulement par ceux qui rejettent le monopole, vécu comme un frein à la liberté d’expression, mais aussi, et surtout, par ceux qui visent l’espace hertzien comme fonds de commerce.
Les « plus tout à fait jeunes » d’entre nous se souviennent des épisodes tragi-comiques des gendarmes pourchassant les radioteurs qui déménagent leur émetteur d’un toit sur l’autre et des radios qui, pourtant «pirates», parviennent à survivre, en toute illégalité, telle Radio Verte et Lorraine Cœur d’Acier de 1977 à 1981.
Ces deux-là, ironie de l’histoire, ne survivent pas à 1981 qui voit la fin du monopole, la première avalée par NRJ, la seconde chassée par les CRS. Une période aussi agitée que passionnante s’ouvre alors avec deux lois Fillioud, la première qui permet la naissance de 2000 radios associatives, la seconde qui les détruit presque toutes en livrant l’espace hertzien aux sociétés commerciales, avec la Haute Autorité de l’Audiovisuel qui parvient à mettre de l’ordre dans un paysage radiophonique devenu fou, avec la CNCL qui pour une bonne part, rétablit le désordre initial. Vous n’avez pas oublié, M. le Maire, l’aventure radiophonique vécue par la Ville de Menton à cette époque…
C’est la loi de 1986, dite loi Léotard, qui garantit aux radios associatives survivantes, par son article 80, un financement public justifié par leur engagement non lucratif et non commercial. La modification de cette loi en 1989, avec la création du Conseil supérieur de l’Audiovisuel dote les pouvoirs publics d’une Autorité Administrative Indépendante qui donne au paysage radiophonique une structure équilibrée qui est toujours la sienne aujourd’hui : le célèbre « Communiqué 34 » consacre l’existence d’une Catégorie A de radios associatives à côté du Service public et des opérateurs commerciaux, réseaux nationaux et éditeurs locaux.
Certes, aujourd’hui le service public n’est plus le même que celui d’avant 1981, mais sa tutelle reste la même, le secteur commercial propose une offre de programmes importante mais toujours au service de l’efficacité de la diffusion publicitaire. C’est avec l’émergence de radios associatives non commerciales au sein une économie sociale et solidaire, que la fin du monopôle a apporté au paysage radiophonique sa principale nouveauté.
En France, plus de 650 radios associatives, d’une foisonnante diversité animent la vie régionale et locale, soutiennent son dynamisme. Elles sont les partenaires des services de proximité de l’Etat, des collectivités territoriales, de leurs élus, du mouvement associatif, des acteurs sociaux, des établissements culturels, des créateurs et des artistes locaux, des promoteurs de la culture régionale et locale. Très souvent elles sont les seules à diffuser leurs informations, à leur donner quotidiennement la parole.
Indépendante des pouvoirs politiques, religieux, financiers, Agora Côte d’Azur remplit cette mission depuis 1984. D’abord avec un émetteur à Grasse, puis avec un second à Nice diffusant le même programme. Les services rendus, sa notoriété, son engagement au sein des organisations professionnelles des radios associatives lui valent d’être nommée pendant treize ans dans la Commission du Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique.
Quand le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel lance un appel à candidature pour une fréquence dans la zone de service de Menton, c’est tout naturellement qu’il sélectionne Agora Côte d’Azur.
Depuis nous diffusons le matin un programme spécifique à la Riviera française, au Pays Mentonnais.
Monsieur le Maire, vous avez accueilli Agora Côte d’Azur avec confiance et sympathie, partageant avec nous l’objectif de faire vivre une radio qui informe, qui soit le partenaire de la Ville de Menton, de son Pays, au service des tous les acteurs qui animent la vie locale dans le but de mieux vivre ensemble.
Aujourd’hui nous inaugurons les locaux que la Ville de Menton a mis à notre disposition sur votre proposition, après y avoir installé nos studios.
Grace à vous, cet outil offre une dimension nouvelle à notre action. Situé au cœur de la cité, facilement accessible, il va permettre à tous les acteurs locaux d’utiliser à plein les ressources de l’information et de la communication radiophoniques.
Monsieur le Maire, au nom des administrateurs d’Agora Côte d’Azur, de son personnel, des ses si nombreux animateurs bénévoles, je vous remercie pour votre accueil et votre confiance.
Je remercie vos services pour leur disponibilité et leur efficacité. Et je ne saurais oublier le personnel d’Agora Côte d’Azur. C’est son dévouement qui a permis l’existence et le développement de la radio :Vicky Berardi qui a participé à sa création, et en a fait la radio associative d’information de référence de ce département, Philippe Henry qui élabore le programme musical et met en ondes les émissions bénévoles avec bonne humeur et pédagogie, les techniciens André Scandale et Franck Herbeck qui ont fourni un considérable travail pour l’équipement des studios que nous inaugurons aujourd’hui, tout en assurant la maintenance quotidienne de toutes les installations, Jean-Philippe Nicolaï et Norbert Délimata qui animent l’antenne avec talent, Valentin Allard le webmaster qui a créé et administre notre superbe site internet et a conçu la décoration de la vitrine qui est sous vos yeux, Fathia Merfoud qui dirige l’antenne de Menton et que les responsables associatifs et les artistes mentonnais ont déjà adoptée, depuis peu rejointe par Margaux Biancheri.
Bien sûr je ne pourrai citer la centaine de bénévoles qui sont la richesse d’Agora Côte d’Azur et la rendent unique.
Je remercie chaleureusement François Rosso. Ce journaliste, amoureux de Menton, qui nous a accompagnés et guidés tout au long de notre installation dans cette belle ville.
Nos moyens sont limités, mais notre ambition est grande : faire que chaque mentonnais fasse d’Agora Côte d’Azur sa radio de référence, celle qui l’accompagne pour mieux connaitre son pays, mieux partager sa culture et ses loisirs, l’aider à prolonger ses rêves.

C’est avec confiance que nous abordons cette nouvelle étape. »
 

>> Télécharger l’invitation <<

 

Nous écouter

  • En modulation de fréquence (FM) : Menton : 88.9 Mhz, Grasse Cannes, 94 et Nice: 94.1 Mhz
  • Sur votre téléphone portable : Iphone ou Android
  • Sur Internet : http://agoracotedazur.fr/ et avec la Radio Numérique Terrestre

Actuellement, Agora Côte d’Azur propose un programme spécifiquement dédié à la Riviera et au Pays mentonnais de 7 heures à 13 heures.